Comment se faire indemniser après un traumatisme du crâne ?

A la suite d’un accident de la circulation, il est possible que la victime souffre de plusieurs lésions selon le choc et parfois d’un traumatisme crânien. Cela peut entraîner des séquelles motrices ou cognitives et affecter le quotidien. Si cela est votre cas, ou celui d’un proche, sachez que vous pouvez prétendre à une indemnisation du choc subi.

Apporter la preuve du traumatisme

La victime d’un accident de la route, voit sa vie basculée vulnérable et incapable de lutter contre ce qui lui arrive. Elle est affectée par les séquelles du traumatisme subi. C’est pourquoi elle peut prétendre à une indemnisation. La première étape consiste à prouver qu’il y a effectivement un traumatisme crânien. Pour se faire, elle aura besoin de l’expertise neurologique qui sera effectuée par un professionnel en indemnisation traumatisme et de son neurologue traitant. Les conséquences d’un traumatisme crânien ne sont pas faciles à détecter au cours des premiers examens pratiqués après l’accident. C’est la raison pour laquelle une expertise médicale est demandée par la suite. Le traumatisme se présente sur 3 échelles sur le plan médical :

  • Le traumatisme crânien léger est plus complexe à identifier. Après le sinistre, la victime ne présente pas de fractures du crâne et n’a pas perdu connaissance.
  • Le traumatisme crânien moyen : la victime du sinistre présente une fracture au niveau de son crâne ou perd connaissance quelques temps après l’accident.
  • Le traumatisme crânien grave : la victime entre dans le coma immédiatement après l’accident.
A lire également  Qu'est-ce que le droit de la concurrence et ses implications pour les entreprises ?

Une expertise médicale permet d’apporter la preuve que l’accident de la route a réellement causé un choc au crâne et que la victime en souffre suite à ce traumatisme dans sa vie de tous les jours.

Déposer une demande d’indemnisation pour un traumatisme crânien

Pour prétendre à une indemnisation, la victime du traumatisme crânien à la suite de l’accident, doit rédiger une demande d’indemnisation. Dans cette demande, elle doit déclarer l’accident auprès de sa compagnie d’assurances si elle en possède une. Après ce dépôt, la compagnie d’assurances s’organise pour la réalisation de sa propre expertise médicale et l’évaluation des dommages subis. La victime se fait accompagner par un avocat qui s’occupe de la demande d’indemnisation à sa place concernant le traumatisme crânien. De cette façon, la victime peut faire face aux coûts du traitement, et des matériels nécessaires pour sa vie quotidienne.

De manière générale, l’assureur engage les négociations avec l’avocat en s’appuyant sur le rapport d’expertise pour indemniser la victime. Si les parties ne parviennent pas à s’accorder, l’avocat peut saisir le tribunal judiciaire pour la réalisation d’une expertise avec mission particulière des traumatismes crâniens er l’obtention d’une meilleure offre d’indemnisation.

L’indemnisation d’un traumatisme crânien

L’indemnisation d’un accident de la circulation doit être intégrale si la victime du traumatisme crânien est un piéton, un passager d’une autre voiture ou du même véhicule ayant causé l’accident ou encore un cycliste. Peu importe si le traumatisme est moyen, léger ou grave. Cela permettra à la victime de reprendre le cours de sa vie.

A lire également  Quelles sont les formalités pour adopter au Québec ?

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*